Jonathan Littell

Cet ouvrage bref, en partie réécrit après le meurtre de Natalia Estemirova (collaboratrice de arton299 Tchétchénie, An III (Gallimard)l'ONG Memorial) en juillet 2009, est une enquête dans laquelle Jonathan Littell tente de comprendre ce qui se passe en Tchétchénie, pays qu'il connaît bien pour y avoir mené plusieurs actions humanitaires au début des années 90 et en 2001. En deux mots : « il y a des parcs où les enfants jouent, des spectacles, des concerts, tout a l'air normal et... la nuit, des gens disparaissent. »

Le pays a changé... C'est le premier constat de Jonathan Littell, qui décrit cette « tchétchénisation », lancée par Vladimir Poutine, qui passe par la reconstruction et offre l'image d'une normalité, et même d'une prospérité retrouvées. Mais l'optimisme n'est pas de mise, et Littell analyse les cinq piliers du système Kadyrov, le président autocrate te mafieux : soutien de Poutine, terreur, reconstruction (et corruption), islam traditionaliste et cooptation. Sans compter le ralliement d'anciens opposants, qui reviennent d'exil. Ce reportage décrit la nouvelle Tchétchénie, son système, et progresse au rythme de nombreuses rencontres avec des hommes hommes dont il dresse le portrait ambigu. Littell propose une analyse fine et précise, qui rend compte d'une réalité complexe, aux apparences trompeuses voire contradictoires.

 

Tchétchénie, opération « Châtiment », Ahmed Kélimatov

Rue89, critique

Libération, critique

article d'Aurélie Campana sur le même sujet